Pierre Charlier, étudiant de l’ENSIAME remporte le premier prix de l’intrapreneuriat.

Rencontre avec Pierre Charlier

charlier-200-200

Présentation :
Pierre Charlier apprenti a l’ENSIAME Valenciennes en 3ème Electronique Informatique Industrielle et je travaille CITC-EuraRFID à Lomme dans laquelle je crée des prototypes électroniques dans le monde du sans contact

Quel est ton projet ? :

Le projet que j’ai présenté à CreaSup est  » Keydunot « . Il s’agit carte de base arduino qui est une carte de prototypage facile d’accès qui est facilement programmable par à peu près n’importe qui. L’idée de cette carte est d’ajouter une nouvelle fonctionnalité, la NFC (near field communication) que l’on trouve par exemple dans les paiements par carte sans contact ou les badges d’accès ou même les smartphones de nos jours. Cette fonctionnalité permet donc de fournir cette technologie afin de faire des montages ou des prototypes et découvrir le monde du sans contact.

Pourrais-tu faire le lien entre l’apprentissage et l’intraprenariat ? :

Avec l’ENSIAME Valenciennes c’était la 1ère fois que je faisais de l’apprentissage et c’était une découverte du monde de l’entreprise qui forcement m’a apporté des responsabilités. En plus de cela, j’avais une lourde charge de travail mais ça m’a vraiment permis d’entrer dans la cour des grands et voir le fonctionnement d’une entreprise.

Concernant l’entreprenariat, je pense qu’il s’agit principalement de motivation, d’avoir l’idée de la structure etc… Mais je suis d’avis que pour qu’une entreprise qui se lance fonctionne, il faut déjà avoir vu le terrain auparavant. Particulièrement dans des domaines techniques comme le notre

Qu’est ce qui t’as donné envie d’intra prendre ? : 
Le projet dans le domaine du sans contact était au début, d’ordre personnel mais c’est grâce au CITC que j’ai vraiment pu développer mes compétences en apprentissage. Au départ, j’ai créé cette carte et ensuite j’ai décidé d’en faire profiter le CITC et une communauté afin de lancer un financement participatif le 17 novembre. Via ce financement participatif, le CITC est impliqué et l’idée de promouvoir le NFC et de le diffuser aux utilisateurs est possible.
Qu’est ce qui t’a motivé à faire CreaSup ? :
J’avais vu les affiches et la promotion qui a été faite à l’ENSIAME. A la base, je ne suis pas trop concours mais là j’avais un projet et une idée. Je me suis alors dit  » Autant y aller, au pire on me dira ce qui va, ce qui va pas dans mon projet et au mieux je remporte le concours « . C’est que du benef
As-tu connu des difficultés dans ton projet ? :
J’avais du mal à parler en public donc c’était très formateur sur ce point de vue-là. Mais aussi sur l’aspect financier de mon projet et j’ai pu découvrir le financement participatif.
As-tu fait d’autres concours ? :
Non, a part quand j’étais très jeune. Je me suis donc lancé dans ce genre de concours pour la 1ère fois.
Ou en est ton projet actuellement ? :
Actuellement le stade de la Recherche et développement est terminé et nous avons peaufiné tous les réglages du financement participatif. Nous sommes donc prêts à lancer le financement participatif et on espère que tout se passe bien.
Des recommandations pour des jeunes qui voudraient entreprendre ?:
Autant se lancer on a rien à perdre. C’est une bonne expérience avec des personnes du métier mais aussi d’univers variés
As-tu envie d’être entrepreneur par la suite ? :
Ce concours m’a donné envie d’être entrepreneur. En effet j’ai l’intention de créer ma structure dans tout ce qui la fabrication de cartes électroniques.
As-tu été soutenu lors de ce projet ? : 
Avec ce projet j’ai eu l’aide de plusieurs personnes. Evidemment de mon entreprise puisque c’est un projet intraprenariale. J’ai aussi obtenu de l’aide de personnes de mon université qui m’ont orienté vers des personnes utiles au développement du projet. J’ai aussi eu un grand soutien de ma famille.

keyduino-320-237